Simon

L’art du nu puise sa source dans les origines de la peinture, et il est aujourd’hui, en dépit de ce qu’affirme les risibles fossoyeurs de la peinture, aussi vivant qu’à l’époque des cavernes, où les peintres rupestres du Tassili peignaient des archers nus comme des danseurs contemporains. L’amour du nu est inscrit dans les gênes de l’art, avec la série de ses mutations et de ses absences, et n’est pas prêt de disparaître. Après mes années d’apprentissage, j’ai longtemps peint des nus classiques ; de ces années d’approche, je n’ai nul regret : un savoir charnel est désormais logé dans le tréfonds de mes cellules. Cela n’était pourtant qu’un savoir. Puis j’ai commencé à explorer seul les voies du nu élémentaire, imbibé de pluie, traversé de vent et chargé de glaise. Mais c’est sous

L’art du nu puise sa source dans les origines de la peinture, et il est aujourd’hui, en dépit de ce qu’affirme les risibles fossoyeurs de la peinture, aussi vivant qu’à l’époque des cavernes, où les peintres rupestres du Tassili peignaient des archers nus comme des danseurs contemporains. L’amour du nu est inscrit dans les gênes de l’art, avec la série de ses mutations et de ses absences, et n’est pas prêt de disparaître. Après mes années d’apprentissage, j’ai longtemps peint des nus classiques ; de ces années d’approche, je n’ai nul regret : un savoir charnel est désormais logé dans le tréfonds de mes cellules. Cela n’était pourtant qu’un savoir. Puis j’ai commencé à explorer seul les voies du nu élémentaire, imbibé de pluie, traversé de vent et chargé de glaise. Mais c’est sous

La publication a un commentaire

  1. Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour débuter avec la modération, la modification et la suppression de commentaires, veuillez visiter l’écran des Commentaires dans le Tableau de bord.
    Les avatars des personnes qui commentent arrivent depuis Gravatar.

Les commentaires sont fermés.